Perception et intention: ce que "je" dégage et la façon dont "je" perçois l'autre.

Publié le 15 Septembre 2014

Je suis allée voir "Lucy" au cinéma, le dernier film de Luc Besson et je dois dire que je l'ai trouvé vraiment très bien. Paraît-il que nous n'utilisons que 10% de notre cerveau...

Alors mythe ou réalité?
Que se passerait-il si nous utilisions nos capacités à hauteur de 100%?

Que se passerait-il si nous utilisions nos capacités à hauteur de 100%?

Selon le psychologue et philosophe William James, dans son livre parut en 1908, "The Energies of Men":

nous n'utilisons qu'une petite partie de nos potentielles ressources mentales et physiques.

"The Energies of Men" par William James

Certains y croient, d'autres non. Je préfère donner de l'intérêt à cette théorie, car elle nourrit l'idée que nous pouvons encore évoluer, nous dépasser. Je ne pense pas que certaine partie de notre cerveau ne soit utilisée, toutes les régions de ce dernier fonctionnent et il n'est pas une seule zone de celui-ci qui puisse- être endommagée sans qu'il en résulte des conséquences. Cependant je pense simplement que nous n'exploitons pas nos capacités à 100%. Dommage! Les grandes trouvailles de la science n'ont dans un 1er temps jamais été certaines, elles ont d'abord été intuitions.

 

Que sait-on à l'heure d'aujourd'hui sur notre cerveau? et partant de ce constat, que se passerait-il si nous autres "artistes martiaux" utilisions 20%, puis 50, puis 100%?

Nos sens s'en trouveraient plus accrus, et certains principes n'en seraient que plus faciles à acquérir: la lecture de l'intention, Musubi et awase ainsi que maai , et bien d'autres encore.

Bien souvent nous ne nous doutons pas ou très peu de ce que l'on dégage et de la façon dont les autres le perçoivent. Parfois notre corps bien malgré nous réagit de façon surprenante. Pour se protéger ou tout simplement en réaction à ce que notre partenaire envoie.

 

Envoyer des signaux:

Il est clair (et relativement quantifiable) que nous envoyons en permanence des signaux aux autres personnes. En fonction de notre "background", de notre état esprit du moment et de bien d'autres facteurs. L'autre quant à lui, perçoit et reçoit ces signaux en les interprétant à sa manière. Certainement en fonction de son "background", de son état d'esprit du moment et de bien d'autres facteurs.

En cours, certains partenaires peuvent vous inciter à réagir de telle ou telle manière. Et si erreur d'interprétation ou de perception il y a, vous amenant à commettre l'irréparable: pousser, tirer et malmener votre partenaire, ce n'est pas grave, du moment que l'on en prend conscience:

Comment peut-on éviter les erreurs?

Une erreur est une erreur. Les échecs sont inévitables, mais ils ne doivent pas nous empêcher d'essayer, ils ne doivent pas nous empêcher de continuer notre route.

Le chemin est long avant d'arriver à faire les choses correctement. Une chose est certaine, il ne faut pas être obnubilé par le passé. L'essentiel est la constance et le désir d'avancer. Bien entendu il faut apprendre à discerner ce qui est correct du reste, et tirer des leçons de ses erreurs. Mais cela doit être fait en gardant l'esprit positif et tourné vers l'avenir.

Les échecs n'ont donc pas d'importance?

Au contraire! Ce qu'on n'arrive pas à réaliser EST ce qui est important. C'est en prenant conscience de nos limitations actuelles que l'on peut essayer de les dépasser et progresser. Malheureusement beaucoup se complaisent dans un cadre où ils sont compétents, et cherchent à réaliser de mieux en mieux ce qu'ils savent déjà faire. Ils n'évoluent plus réellement.

Interview d'Akira Hino par Léo Tamaki

Hino sensei. Photo de Jean-Baptiste Rosello.

Hino sensei. Photo de Jean-Baptiste Rosello.

Comment demeurer hermétique à tout cela?  car nos sens nous trompent selon Descartes!

Eh bien en prenant conscience de l'impact que l'autre a sur vous, bien conscient qu'en réaction à l'image que vous avez de celui-ci, vous vous protégez. En gardant votre esprit "impénétrable", fort de ce que vous êtes et de ce que vous savez. En restant lucide car les sens et les émotions sont des freins à la compréhension, la justesse et à la vérité.

Mais une chose est sûre, nous ne savons pas tout sur l'humain et son cerveau, fabuleuses mais complexes "machines". Et peut être est-ce mieux comme ça!

 

 

 

 

Rédigé par Titema

Publié dans #Réflexion

Repost 0
Commenter cet article

Remi Samouillé 20/10/2014 13:19

Pas à propos de l’intention mais relié au film Lucy... intéressant je trouve https://www.youtube.com/watch?v=IQQUM_nHWgU