Publié le 24 Juillet 2012

De retour à Paris après un stage d'une extrême richesse de Kuroda Sensei à Valence, je souhaite aborder l'importance du fond.

 

Je ne fais pas ce billet par hasard,il est comme un dialogue,un écho à mon dernier article qui traitait de l'importance du support vidéo en rapport avec la forme.

 

Je viens donc cette fois-ci parler du fond par le biais du travail de sensation qui était au cœur de l'étude.

J'ai porté un grand intérêt à cet entraînement, d'une intense concentration,36h à travailler le fond sous l’œil affûté de Kuroda Sensei.

 

-Et s'il y a intérêt c'est qu'il y a bénéfice-

Les arts martiaux passent par le corps,la sensation est donc primordiale.

Ce travail est source de progrès.

 

 

                                           403318 2944861655413 46401659 n

                                                         avec Alex Grzeg à Arlon.

 

 

Ne donner uniquement d'importance qu'à la forme présente le risque de passer à côté de l'essence même de l'art que nous pratiquons.

 

Cela reviendrait à s'occuper du contenant sans même accorder d'importance au contenu.

Fond et Forme sont donc les 2 facettes d'une même pièce.

 

 

 

                                 460650 3486324590963 1645322525 o

                                       à Brest dans le dojo de Tanguy Levourch.

 

 

De plus l'autre intérêt que je trouve au fait de travailler le fond est que l'introspection n'est pas loin.

Cela donne l'opportunité de faire en plus son auto-analyse,dans le but de se transcender .

 

N'était-ce pas l'une des quêtes du pratiquant d'arts martiaux ? 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Repost0

Publié le 5 Juillet 2012

Nous sommes tous évidemment bien conscient d’avoir des défauts tant sur le plan personnel que dans la discipline que nous nous sommes choisie.

 

Chaque pratiquant, concentré sur son ressenti, sur ses sensations en bref sur le fond, se doit de ne pas omettre la forme en se confrontant à la réalité du mouvement et de la technique exécutée.

 

Par conséquent filmons et regardons nous, ne sous- estimons pas l’importance du support vidéo qui est en réalité une représentation plus que fidèle de notre pratique.

 

Il met en évidence les décalages, les retards et bien d’autres inexactitudes.

Ainsi, en regardant et re-regardant des vidéos je m’aperçois qu’en plus des décalages et des retards, j’exécute certaines de mes techniques en 2 voire 3 temps, quand elles n’en demandent qu’1 seul.

 

Ce qui m’amène à réfléchir sur l’importance du support vidéo, qui ne doit en aucun cas se substituer au travail de fond et à celui de la sensation.

 

Je pense donc que l'association des deux est un moyen de progresser plus vite, et d'acquérir un recul nécessaire sur sa pratique.

 

 


 17366_1360631178728_493647_n.JPG

 

Enfin, s’il y avait un doute!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Repost0