stages

Publié le 27 Juillet 2015

Un dojo formidable.

Un dojo formidable.

De retour de l'excellent stage Sochu Geiko de Bruxelles donné par Léo, j'ai comme l'impression de flotter entre deux eaux. Excellent oui ! Je ne dis pas ça parce que Léo est mon maître, ou par envie ou habitude de lui graisser la patte, ce n'est pas mon style ! Ce stage a véritablement été le meilleur à mes yeux, cette année. Tout y était !

Du côté du maître:

Il est vrai que ce stage en Belgique succédait à celui de Kuroda sensei en Espagne, et j'ai remarqué que l'après Kuroda est toujours source de nouveauté chez Léo. Il a cette capacité à s’imprégner, digérer et retransmettre très très vite ce qu'il vient de voir. Là, ce sentiment était tel que j'ai eu l'impression de le rencontrer pour la première fois. Aussitôt la surprise passée de travailler Kokyu ho pendant 3 jours, (en fait durant tout le stage, comme un refrain, à la manière d'un leitmotiv), le plaisir fut total ! Travailler en profondeur, rentrer dans les détails, comprendre, s'adapter à cet autre constamment différent, s'éloigner de la forme et y revenir. N'est-ce pas ça la liberté !? Je pense que cela a été source d'un progrès énorme. Léo nous a donné le temps de comprendre, avec une infinie patience. Quel plaisir ! dans un monde où la notion de temps nous échappe. Dans un laps de temps donné et très court, il est intéressant de constater que nous pouvons devenir maître d'un timing et ainsi jouer avec lui grâce à la notion de marge: Yoyū. Tout devient alors plus confortable. Et c'est ainsi qu'en l'espace d'une attaque, il est possible de se sentir submergé par une mauvaise gestion du temps, et je ne parle pas là de retard, ou de devenir maître de cet inter-espace et vous amusez avec lui. À cet instant précis, le corps et le cœur sont d'accord sur une chose: la justesse et la vérité. En découle beaucoup de sérénité. Merci Léo pour ce fabuleux enseignement.

Ce fut également la première fois ou de façon très brève, je réussit à disparaitre pour ne laisser vivre que la technique et uniquement la technique. Plus d'envies, plus d'attentes, plus de personnalité, d'ego ou d’orgueil, pas de goût pas d'odeur, s'effacer pour qu'il n'y est plus QUE Kokyu ho. Cette sensation est gravée en moi. Enzo cette anecdote est pour toi ;-).

4 façons différentes d'aborder Kokyu ho.

4 façons différentes d'aborder Kokyu ho.

Proportionnellement, très peu de techniques ont été vues dans ce stage d'une semaine où le nombre d'heures de pratique avoisinait les 26h. Mais je pense que cela n'a manqué à personne bien au contraire. Il y eut aussi le bonheur de travailler les armes en extérieur, pieds nus, dans ce merveilleux endroit qu'est le centre Pérou, (cette année, j'ai eu la chance de découvrir deux dojos, qui a coup sûr sortent du lot, celui de VDB au Havre et le centre Pérou non loin de Bruxelles).

Travailler en extérieur offre également une autre vision de la pratique. Une herbe légèrement humide, (et je ne dis pas ça en me moquant du climat Belge :-D) et vos appuis vous font défaut. Le sol n'étant pas parfaitement plat, mes pieds ont quelques fois buttés sur une petite motte, mes pensées allant vers Musashi.

Du côté des élèves:

Quelle ambiance mes amis, quelle ambiance ! Chacun a su à sa manière participer à ce groupe de travail, avec sérieux, sans se prendre la tête, avec joie (bon d'accord quelquefois tout de même, vous savez à quel point je n'aime pas ne pas y arriver :-D), tous prêt à collaborer, main dans la main, dans un but commun. Et puis il y eut des rencontres: nous nous étions vu brièvement l'année dernière lors du Kishintaikai, Sakura Steph et moi et aujourd'hui je peux enfin dire que je le compte parmi mes amis. Sans oublier bien sûr Amélie, Arnaud, Stéphane (c'est le 2ème déjà !), Nathan, Robbert et tous les autres.

Appréciez maintenant toute l'attention dont font preuve les élèves:

Retour sur le Sochu Geiko 2015 à Bruxelles donné par Léo Tamaki.
Retour sur le Sochu Geiko 2015 à Bruxelles donné par Léo Tamaki.
Retour sur le Sochu Geiko 2015 à Bruxelles donné par Léo Tamaki.

A travers les cours tout en bienveillance de Léo, une énergie et un climat particulier se sont mis en place. Ce fut réellement magique.

Sakura Steph.

Retour sur le Sochu Geiko 2015 à Bruxelles donné par Léo Tamaki.
Retour sur le Sochu Geiko 2015 à Bruxelles donné par Léo Tamaki.
Retour sur le Sochu Geiko 2015 à Bruxelles donné par Léo Tamaki.
Retour sur le Sochu Geiko 2015 à Bruxelles donné par Léo Tamaki.

Ce fut aussi la première fois que je me retrouvais confrontée à cette énorme demande de la part des participants, comme si, étant élève de Léo, j'avais les réponses à toutes leurs questions. J'ai dû composer toute la semaine avec cette douce pression. Sachez Messieurs-Dames, que je n'ai toujours pas les réponses aux miennes :-D, mais j'espère humblement vous avoir un peu aiguillé.

Parce qu'un caribou averti n'oublie jamais sa tuque:

Le dernier coup de cœur que je souhaite passer, concerne Stéphane (encore un !) Vien. Stéphane est célèbre dans le monde du shiatsu et y est apprécié et reconnu. Je crois qu'en toute simplicité nous avons rencontré là, sans trop le savoir un ponte du shiatsu. Un Québécois venu tout droit du grand nord avec " sa blaounde " (j'ai travaillé l'accent rien que pour vous) France Landry. Nous gratifiant d'un cours de 2h30 de shiatsu, d'humour, de connaissances en tous genres, félicitant certains pour leur goût prononcé pour le sucre, le fromage ou la bière constatant la couleur jaunâtre sous leurs pieds. un refus total de se prendre au sérieux, un petit show à l'américaine quoi. Ce fut très appréciable. À refaire !

Un très très bon moment en compagnie de Stéphane Vien.

Un très très bon moment en compagnie de Stéphane Vien.

Retour sur le Sochu Geiko 2015 à Bruxelles donné par Léo Tamaki.

Voilà j'ai tenu à vous faire part de mon engouement pour ce stage tant il a été de grande qualité et pour ceux qui souhaitent vivre de tels instants et qui n'ont pas eu la chance d'y être cette année, le rendez-vous est déjà pris pour l'année prochaine. Même heure, même endroit ;-) .

Un grand merci à Stéphane du Sakura Dojo pour toutes ces photos.

Et à l'année prochaine.

Et à l'année prochaine.

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Publié dans #Stages

Repost0

Publié le 10 Mai 2015

Si cela fait quelques années que nous, élèves du Kishinkaï, donnons des cours lorsque Léo est en déplacement, ce week-end fut une toute première expérience pour moi.
Mon premier stage! Et il en faut bien un ;-)

Quelques interrogations :

La nature empirique de l'homme lui permet de s'appuyer sur les expériences accumulées tout au long de sa vie. Et fort de celles-ci, il recherche, arpente, progresse et grandit. Nul doute que ce fut le cas pour ce stage, et que je m'en souviendrai longtemps.
Lors de la préparation du stage, les quelques jours précédent le déroulement de celui-ci, j'ai eu l'occasion de me poser toutes sortes de questions.
- Qui seront les stagiaires ?
- Quelles disciplines pratiquent-ils ?
- Seront-ils nombreux ?
- Serai-je à la hauteur ? ...

Amitié et solidarité :

Je tiens à dire que la réaction de mon entourage m'a grandement étonnée, et que cela m'a beaucoup touchée. En effet lors des jours précédant le déroulement du stage, c'est une véritable avalanche d'encouragements, de conseils, de soutien et de pensées qui m'est m'est littéralement tombée dessus. Tous ont été présent, Léo, compagnons d'entrainements, amis, famille et collègues de travail.
J'ai véritablement été impressionnée par le cœur dont à fait preuve mon entourage.

Le "jour-j" :

Et puis le "jour-j" arrive, très vite, ce fut le moment de démarrer le cours. Un doux mélange d'excitation et de stress s'empare de moi, les stagiaires sont là, souriants, disponibles, venus d'horizons différents et de disciplines toutes aussi différentes. Ainsi Aïkidoka, Karatéka et même un pratiquant de Kali étaient présents sur le tatami hier.
Mon choix fut d'accentuer le travail sur la sensibilité, l'écoute dans un souci d’efficacité afin de saisir une opportunité dans l'action. Aimant particulièrement l'aspect incisif du Kishinkaï Aïkido, j'ai également décidé d'introduire, très légèrement, à cette thématique, un travail sur la ligne, le tout dans une ambiance studieuse et agréable.

Remerciements :

Je souhaite vraiment remercier tout le monde, tous ceux qui m'ont soutenu, les stagiaires pour leur présence et leur intérêt, et bien sûr Taro de m'avoir donné l'opportunité de pouvoir faire mes premières armes en m'invitant . Un grand merci à tous.

 ;-).

;-).

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Publié dans #Stages

Repost0

Publié le 26 Avril 2015

C'est à Bordeaux, du côté de Pessac, précisément chez nos amis girondins que je donnerai mon premier stage Kishinkaï Aïkido le 9 Mai 2015.

C'est un très grand honneur que me fait Taro Ochiai en m'invitant, témoignage de la confiance qu'il m'accorde.

Taro est un adepte passionné et passionnant avec lequel c'est toujours un plaisir de pratiquer.

1°) La rencontre:

Je crois, si ma mémoire ne me fait pas défaut, que notre première rencontre eut lieu sur les tatamis d'Hino Akira dont il apprécie particulièrement l'enseignement et les pistes de travail; il en est également le traducteur lors de séminaires français.

Awase avec Taro et Hino sensei .

Awase avec Taro et Hino sensei .

De même, il est possible de le rencontrer sur les tatamis de Kuroda sensei, Kono sensei ainsi que sur ceux de Léo Tamaki.

2°) Un chercheur infatiguable:

Par le biais du Kansenkaï, son atelier d'étude et de recherche du Budo, Taro propose de nourrir votre pratique et vos réflexions de façon toujours plus subtile et tout en sensations. Il vous fera volontiers bénéficier de toutes ses connaissances en matière de recherche sur l'utilisation du corps, élaborées grâce à son expérience acquise lors des multiples stages auxquels il participe.

Son ouverture d'esprit lui vaut d'écrire des articles dans le Dragon Magazine dont Léo est le rédacteur en chef.

Et c'est avec beaucoup de fierté que je compte honorer son invitation.

Stage à Bordeaux le samedi 9 Mai 2015.
Samedi 9 Mai 2015:
Horaires:

10h-13h

14h30-17h

Lieu:

Cosec de Saige,

rue des Resedas,

33600 Pessac

Infos complémentaires:

Tram B, arrêt Saige.

Bus 34, 36 et 44, arrêt Saige.

Tarifs:

16€ le cours

8€ par cours supplémentaire

Renseignements:

taro@kansenkai.com

Kansenkai.com

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Publié dans #Stages

Repost0

Publié le 29 Septembre 2014

Tout commençait bien, mon sac était prêt, la motivation bien présente et le boulot me permettait de partir un vendredi. Pourtant Air France, qui était en grève ce weekend- là, m'avait obligé à anticiper pendant près de 3 jours une éventuelle annulationCoup favorable du sort, mes deux avions étaient maintenus ;-) ! Incroyable je pars donc et retrouve à Orly un collègue pratiquant Nick Vantreese. Nous prenons donc le même avion et nous voilà partis pour l'aéroport de Toulouse Blagnac.

 

Air France: une qualité de service.

Malgré 2-3 annulations (environ 25 ce jour-là), notre avion à Nick et moi-même décollait! :-D

Départ de Paris Orly.

Départ de Paris Orly.

Pas un nuage donc et vu les nombreuses annulations, c'est en jubilant que je gagnais ma place à côté du hublot (merci Léo) malgré un rhume assez musclé, me surpenant  d'ailleurs à penser au professionnalisme dont fait preuve la compagnie, tout du moins celui de l'équipage. Après 1h de vol, c'est un atterrissage proche de la perfection que nous offrait le pilote. Sans heurts, je n'ai presque pas senti l'avion se poser. Musubi quoi!

Stade Toulousain en vu.

Stade Toulousain en vu.

A l'arrivée à Blagnac Simon Pujol nous propose à Léo, Shizuka, Nick et moi-même de visiter le village médiéval de Cordes. Magnifique! Je vous laisse profiter des photos.

A notre arrivée à Cordes...

A notre arrivée à Cordes...

Richesse et partage au stage à Albi chez Simon Pujol.
Le panorama.

Le panorama.

Richesse et partage au stage à Albi chez Simon Pujol.
Simon ;-).

Simon ;-).

Simon Pujol: un très bon organisateur.

En plus d'être un ami, un très bon pratiquant et bon organisateur, Simon Pujol est enseignant de Goshinkaï de la ville de Saint -Juery à proximité d'Albi.

Je tiens particulièrement à le féliciter pour son organisation, ses sourires et sa bonne humeur qui font de ses stages, une réussite, seconder par un "assistant bienveillant" Mr Sylvain Lançon. Je leur souhaite à tous deux d'aller très très loin.

 

Petit retour sur le stage:

Globalement nous avons beaucoup travaillé au sabre. Les principes qui sous-tendent la pratique au sabre sont les mêmes et peuvent être adaptés à la pratique à mains nues. Ainsi, intention, absorption, couvrir la distance, qualité de prise de contact, efficacité, "timing" etc etc, ont été au coeur de la pratique.

Pour cela nous avons travaillé le 1er kihon de Léo, Maki otoshi.

« Maki », enrouler. On intercepte la lame de l'adversaire, la parade. Puis par mouvement de rouleau on projette la pointe du sabre adverse dans les jambes de l'ennemi, la riposte. C'est aussi une manœuvre de désarment.

Coup de feuille d'érable:
Ce coup de feuille d'érable consiste à faire tomber le sabre adverse et à reprendre notre position de mise en garde avec notre sabre. Tout d'abord votre adversaire était en garde, face à vous, en train de penser à vous atteindre ou à vous cingler ou bien à se défendre. Alors vous frappez fort son sabre soit selon le coup sans penser, sans aspect, soit selon l'éraflure rapide comme une étincelle, puis ne cessez de coller à son sabre la pointe du vôtre frappant vers le bas, alors le sabre de votre adversaire ne manquera pas de tomber. Si vous vous exercez bien à ce coup il vous sera facile de faire tomber le sabre adverse. Exercez-vous bien.

Musashi Miyamoto dans le Gorin no sho

Nous l'avons travaillé de 3 façons différentes, puis en reculant et en avançant. Quelques techniques à mains nues, quelques-unes au Tanto, un peu de suwari waza et voilà un stage d'une richesse incroyable. Aux dires de certains pratiquants, le niveau technique proposé par Léo était élevé.

Que dire des différents pratiquants de tous horizons venus en grand nombre essayer le Kishinkaï Aïkido, à part que leur ouverture d'esprit leur à fait honneur et a fait de ce weekend un véritable succès.

Merci à tous.

Photo de Jérôme Henriot.

Photo de Jérôme Henriot.

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Publié dans #Stages

Repost0

Publié le 20 Janvier 2014

Du budo à la philo au stage d'Akira Hino.

De retour de l'excellent stage d'Hino sensei, le bilan d'aujourd'hui: j'ai beaucoup de courbatures.

Abdos, trapèzes... les muscles du dos on été soumis à rude épreuve, et c'est tout mon corps qui s'en trouve endolori.

Des moments riches:

Il est assez courant de vivre de bons moments lors des différents stages effectués au cours de l'année. La recette est simple, un travail intéressant accompagné de bons amis et voilà l’assurance d'un stage réussi.

Toutefois la concentration, l'utilisation du corps de façon différente et un travail sensitif précis, laisse quelques fois la place à un petit sentiment d'abattement que je considère normal de ressentir. Ainsi après plusieurs heures de concentration, la fatigue aidant, après avoir fait le constat que si ce matin mon corps faisait preuve de disponibilité, les choses étaient différentes cet après-midi, il n'est pas rare d'avoir l'impression de se perdre en route. Voire même de ressentir un doute.

Le doute: ou ne plus croire en ses sensations personnelles, faisant place à la censure voire l'auto-censure.

Dès que j'ai eu la possibilité de demander à Senseï comment faire pour gérer ces moments compliqués et s'il en avait déjà eu, senseï me répondit que le mieux à faire pour les gérer était de continuer et continuer encore à travailler.

Entre pratique et réflexion:

Le soir venu au restaurant, assise aux côtés d'un étudiant en 5ème année de philosophie, me voilà en train d'échanger sur le bonheur et comment faire pour accroître ce sentiment tout en réduisant celui de l'abattement.

Tout de suite un nom est cité parmi tant d'autres: Spinoza, son livre et sa méthode sont également cités, ou comment atteindre la liberté et la joie. L'étudiant (dont je ne me souviens plus du nom) me confie alors que Spinoza conseille d'utiliser une sorte de schéma de pensée mathématique qui faciliterait l’abandon du doute au profit de la joie et que cet ouvrage se trouve être son préféré. Il venait d’aiguiser ma curiosité...

                                                   

Je n'ai pas encore lu le livre, ou il y a longtemps et je ne m'en souviens plus... :-), mais d'après quelques brèves recherches, Spinoza opposerait au jugement et à la morale, une éthique, un "bouclier" contre le regard et le jugement de l'autre et tout ce qu'il comporte d'handicapant par rapport à notre progression.

« La joie est un affect par lequel l'esprit passe à une perfection plus grande »

Spinoza Ethique, III, XI, scolie

La caverne de Platon:
Du budo à la philo au stage d'Akira Hino.

Un petit détour par la caverne de Platon symbolisant le monde sensible où les hommes vivent et pensent accéder à la vérité par leurs sens. Mais lorsque l'un des leurs arrive à se sauver de la caverne et échappe au mirage et à l'illusion de la réalité qu'elle représente, il se heurte à l'incompréhension de ses congénères dérangés dans leurs habitudes, leur confort et leurs certitudes, en voulant transmettre ce qu'il venait de voir.

Bref:

De discussions philosophiques aux petits jeux entre amis autours de quelques verres, ces instants partagés sont d'une richesse rare. S'il est important de travailler encore et encore tout en vivant de bons moments, il l'est encore plus à mes yeux de se demander ce que l'on fera plus tard de tout cela.

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Publié dans #Stages

Repost0

Publié le 4 Novembre 2013

Retour sur le premier stage Shinbukan donné par Kuroda Yasumasa.

Il y a quelques années je suis tombé par hasard sur des vidéos de maître Kuroda du Shinbukan. Je n'y comprenais pas grand-chose, mais je savais que j'avais affaire à un maître, et un travail d'exception. Je fais aujourd'hui partie de l'école depuis deux ans, j'ai participé à cinq stages, et le ressenti est toujours là.

Discrétion et transmission :

La semaine dernière a eu lieu le premier stage de Kuroda Yasumasa, appelé waka senseï, le fils de Kuroda Tetsuzan. J'avoue avoir eu quelques interrogations quant à sa capacité à transmettre. Non en raison de son niveau technique, excellent, mais de sa personnalité discrète et réservée.

Le stage fut une réelle réussite, et waka senseï sut transmettre avec sérieux mais dans une ambiance détendue. Il me fit à plusieurs reprises penser à son père, notamment dans sa manière de corriger nos erreurs. Il nous raconta aussi en plusieurs occasions ses débuts, et comment lorsqu'il était enfant, il se faisait reprendre par son père sur des défauts similaires aux nôtres.

Malgré une approche différente de celle de Kuroda senseï, les principes restent les mêmes. C'est d'ailleurs sans doute cette manière d'enseigner propre à chacun qui a donné une partie de sa richesse au stage, en nous offrant un point de vue différent.

Un avenir serein :

L'école étant tellement riche, il reste bien entendu à chacun de nombreuses interrogations. Mais l'avenir s'annonce serein avec un guide tel que waka senseï, aussi généreux que concerné par notre progression comme en témoigna son émouvant discours en fin de stage. J'aurai grand plaisir à tenter de m'améliorer à ses côtés lors de futurs stages.

Waka senseï lors de mon voyage au Japon.

Waka senseï lors de mon voyage au Japon.

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Publié dans #Stages

Repost0

Publié le 28 Novembre 2012

 

C'est avec plaisir que j'ai découvert ce week-end Allen Pittman et sa méthode: " La sagesse du corps".

 

 

imagesallenlogo

En effet, c'est un homme d'une extrême richesse qui est venu à nous, capable de grande écoute et d'un respect sans faille pour le corps et l'esprit.

J'ai particulièrement apprécié sa méthode et la façon qu'il a de donner un cours d'une voix calme et posée mais que tout le monde entend distinctement car elle est claire et parle vrai.

Dans un 1er temps  c'est au sol que l'on commence, à terre, comme le ferai un bébé explorant le monde mais surtout son corps,dans l'instinct.

Il l'écoute, le renforce, notamment le cou, auquel j'ai eu des courbatures pendant 2 jours.

Il nous encourage à suivre le "chemin corporel" propre à chacun en écoutant et respectant ce dernier, et semble vouloir nous dire :

"Si vous voulez aller loin, ménagez vos montures".

Dans un second temps, c'est avec les  animaux  que nous poursuivons (gorille, grenouille lapin et félins).

Tout le monde je pense a été frappé par la capacité d'Allen Pittman à imiter, singer les animaux.

Il en est "bluffant".

Allen s'inspire du monde animal dans le but de mieux comprendre le corps humain afin de le rendre plus efficient.

 

 

 

imagesallenpittman2

posture animale.

 

Cette fois-ci c'est debout que nous nous tenons car nous sommes repassés dans "le monde des humains".

Et là toujours, c'est avec bienveillance qu'Allen nous aiguille sur la voie, en nous encourageant encore à nous écouter, à prendre conscience de notre corps qui a sa mémoire propre.

Puis il termine enfin par la danse des Amazones pour les femmes et la Voie des Héros pour les hommes, avec différentes postures, différentes façons de répondre à une attaque,malheureusement faute de temps, nous n'avons pas tout vu, mais c'est avec plaisir et intérêt que j'espère la prochaine fois terminer la découverte.

 

 

imagesallen pittman

La voie des Amazones.

 

Alors à toutes et à tous, je conseille d'aller voir au moins une fois cet homme qui nous incite à mieux nous écouter  et à plus faire confiance en cette part d'instinct qui nous habite, fabuleux cadeau de la nature.

 

Merci à vous Mr Pittman.

Voir les commentaires

Rédigé par Titema

Publié dans #Stages

Repost0